Comité 23
Projets en Afrique

Aujourd'hui, essentiellement au Kenya et au Ghana.

Robert Tas
Diestseweg 95 B-2440 Geel

Tel. 014/720028

Rekeningnummer: BE35 9793 2610 7537
BIC: ARSPBE22
roberttas@hotmail.com

Pour le Ghana:Joke Jaspers
Oevelseweg 14 - B-2250 Olen

Tel. 0472366578

Compte: BE35 9793 2610 7537
BIC: ARSPBE22
akwaaba.asuadei@gmail.com

Il y a 25 ans précisément, on me demandait de devenir un collaborateur de l’A.M.I.E., une association qui m’était jusque là inconnue, mais que j’ai appris, chemin faisant, à connaître et à apprécier comme étant honnête et digne de confiance. Je me suis senti particulièrement concerné par les projets entre autres au Kenya du fait qu’un de mes enfants et sa famille vit au Kenya et est à l’origine de deux projets d’école à Entasekera et Emunra Olerai., tous les deux situés dans le district de Narrok. L’enseignement primaire au Kenya est gratuit. Beaucoup d’enfants veulent aller à l’école. Même des parents suivent les cours. Des classes qui débordent et un manque de moyens et de professeurs en sont la conséquence. Après qu’une première classe fut construite avec l’aide du Collège d’Herentals, on nous a demandé un soutien financier de 8000€ pour construire et équiper un deuxième local. Nous espérons pouvoir rassembler cet argent très rapidement et pouvoir commencer la construction.

Le Comité Afrique est encore un très jeune comité qui en 2008 a pris la responsabilité sur lui de 146 enfants à Mukuyu ( Sud-Ouest du Kenya ), enfants qui malgré leurs bons résultats scolaires se voyaient menacés d’être rejetés de l’école à cause des difficultés financières à la maison. Un plan de neuf années fut mis en place, d’abord pour le paiement des coûts et frais scolaires en retard, puis pour le financement des frais scolaires de ces enfants jusqu’à la fin des études de tous ces enfants. Début 2010 tous les frais scolaires en retard furent payés ainsi que les frais de 2010. Hélas… La Direction de Mukuyu n’a pas pris au sérieux la demande de recevoir un rapport détaillé ce qui a eu comme conséquence l’arrêt en 2012 de l’aide financière.

En 2008, on nous a aussi demandé de financer un projet d’adduction d’eau à Entasekera, un petit village masaï dans les hauts pays de Loita, là où ma belle-fille Angela fait un travail de recherche. Par manque d’eau, les toilettes ne pouvaient être nettoyées qu’une fois par semaine. Chaque jour, les enfants devaient marcher deux kilomètres pour aller chercher de l’eau à la rivière, eau nécessaire pour préparer la nourriture et se laver. Non seulement les enfants perdaient du temps précieux qu’ils auraient pu employer pour leurs études, mais en plus l’eau était souvent contaminée à la suite de tas de maladies (entre autres des infections gastriques et intestinales) chez les enfants de l’école. . Sous la direction spécialisée de l’américain Ray et de Georges Lenaai et d’une dizaine d’autres masaï, on tira depuis la source sur une colline, une conduite longue de 2.6 km vers l’école primaire où mes deux petits-enfants suivaient aussi les cours. Les conditions scolaires changèrent à vue d’œil et la communauté locale fut à ce point stimulée par ce projet qu’elle décida de poser, à ses propres frais, une conduite d’eau vers le centre du village. Une libération pour les femmes surtout qui prenaient sur elles chaque jour la lourde tâche d’aller chercher de l’eau.

Lorsque le gouvernement kenyan rendit en 2003 l’enseignement primaire gratuit, il y eut un demi-million d’élèves en plus. Mais les écoles n’étaient pas préparées à cette croissance. Des classes d’environ 100 enfants ne sont pas aujourd’hui une exception, et il manque des professeurs et du matériel scolaire. De plus, pour les plus jeunes enfants , les écoles primaires se trouvent trop loin ce qui rend nécessaire de construire une école du degré inférieur près de chez eux. Quand les enfants sont assez grands, ils peuvent se rendre dans l’école primaire existante dans les environs. Le chef de projet à Entasekera, Georges Lenaai décida dès lors de construire aussi une petite école à Emurua Olerai. Une classe, un petit bureau et des toilettes sont déjà construits et équipés entre autres avec l’aide du Collège Saint Joseph à Herentals. La question se pose d’offrir une aide financière pour la construction et l’équipement d’une deuxième classe. Le budget est de 7105 €.

Nos principaux succès : grâce au projet d’adduction d’eau et donc à la présence d’eau à l’école primaire à Entasekera, celle-ci fut choisie comme modèle pour tout le district. Cela signifie que le gouvernement national va investir lui-même de l’argent dans l’école, pour la modernisation de l’infrastructure, l’achat de matériel et l’engagement de personnel.

Un effet secondaire de ce projet d’adduction d’eau est que la population locale a rassemblé de l’argent pour placer une conduite d’eau jusqu’au cœur du village. Cela signifiait une vraie révolution, notamment pour les femmes qui jusqu’alors prenaient sur elles la lourde tâche d’aller chercher de l’eau à la rivière.

Ce qui me tient particulièrement à cœur, c’est ce besoin continu d’un sponsoring de telle façon que le comité Afrique puisse rapidement financer ce nouveau projet, mais aussi constituer une réserve pour pouvoir réagir aux nouvelles demandes de soutien. En outre, je reste préoccupé par la question de comment nous pouvons sensibiliser continuellement les gens pour des situations d’urgence qui ne font pas immédiatement les titres de la presse, mais dont les enfants sont victimes en permanence.

Liens et témoignages :